La truffe noire ou truffe du Périgord : Tuber melanosporum

Les lecteurs du journal de Verrières le Buisson ont pu lire ce mois-ci un bien curieux article concernant la découverte de truffes dans l'Arboretum. Nous nous devions de vous en dire plus sur ce champignon.

Les truffes font partie du petit groupe des ascomycètes, comme les oreilles de Judas, les morilles, les xylaires… La fructification de ce champignon est souterraine, généralement dans des bois de chênes au pied des deux meilleures espèces de chênes truffiers que sont le Chêne pédonculé (Quercus robur) et le Chêne sessile (Quercus petraea). Après un temps de dormance pendant l'hiver, un stress thermique et une forte pluviosité vont déclencher sa croissance. La truffe est ce qu'on appelle un champignon mycorhizien. Il établit un réseau de filaments entre les racines des arbres et lui-même qui remplace les radicelles de ce dernier et recherche à leur place les éléments nutritifs pour l'arbre. Celui-ci en échange fournit des sucres fabriqués au niveau des feuilles par photosynthèse. C'est un véritable exemple de symbiose entre un organisme végétal et un champignon. La truffe pousse quasiment exclusivement sur sol calcaire (des sols gréseux aux alluvions calcaires). La production de T. melanosporum se situe entre les 40° et 47° de latitude nord. Cette espèce a besoin d'un climat tempéré avec des saisons bien marquées. Grâce à une phase de recherche sur sa culture très poussée, on a réussit à établir ses conditions optimales de croissance. Un hiver froid avec des températures oscillant entre – 5°C la nuit et 12°C le jour, un printemps chaud et humide, un été chaud arrosé par quelques orages et un automne pas trop humide. Outre les chênes, d'autres espèces comme le charme (Carpinus betulus), le Noisetier commun (Corylus avellana) et de Byzance (Corylus collurna) sont également des hôtes possibles pour la truffe noire.

Comme vous l'avez sans doute remarqué, la signalisation de la truffe à Verrières-le-Buisson était un gigantesque canular digne d'un poisson avril. Même si la présence de la truffe reste probable à Verrières-le-Buisson du fait des conditions climatiques favorables à sa croissance, il n'a jamais été observé de truffes sur la commune (dans le cas contraire, veuillez nous le signaler, nous réviserons nos archives). Plusieurs paradoxes dans le texte vous laissaient sous-entendre un canular :

 

  • La date de la trouvaille vous était signalée en février, hors Tuber melanosporum (la Truffe noire) se trouve plutôt en été (naissance d'avril à juin en général et grossissement au cours de l'été). L'espèce de truffe hivernale est Tuber brumale Vitt., d'écologie analogue à Tuber melanosporum, mais nettement moins appréciée par les connaisseurs.
  • La truffe est une espèce calcicole (qui pousse exclusivement sur sol calcaire), ce qui n'est pas vraiment le cas sur la commune de Verrières.
  • Tous les mycologues (spécialiste des champignons) vous le diront, le FMI (Fondation Mycologique Internationale) n'existe pas plus que son antenne française et son représentant M. Trametes (qui est en réalité le nom de Genre latin de nombreuses espèces de polypores, champignons à tubes comme les bolets vivants accrochés aux arbres).
  • Le Dendrophyllum indicus n'existe pas (il existe un Dendrobenthamia, qui désigne les espèces asiatiques du Genre Cornus qui est le cornouiller).

Les photos de l'article n'étaient pas en réalité des photos de truffes. Ce sont les fruits d'un petit arbre originaire d'Amérique du Nord qui ont posé pour être la doublure de Tuber melanosporum. L'Oranger des Osages (Maclura pomifera) tient son nom d'une tribu indienne, les Osages (assimilée aux Sioux), auprès de laquelle aurait été découvert cet arbre qui donne des fruits ressemblant fortement à des oranges (vertes en France et plus colorées dans leur région d'origine). Lorsqu'ils sont séchés, les fruits du Maclura pomifera ressemblent fortement à des truffes, d'où la confusion possible. Les Osages utilisaient le bois de cet arbre pour fabriquer des arcs et le jus de ses fruits pour faire des peintures de guerre.

 

Accès aux articles des mois précédents

Laisser un commentaire